Agenda nouvel Fokal

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
8
15
22
29
30

Notre page Facebook

Nos derniers tweets

Discours de Michèle Pierre-Louis à la commémoration du séisme du 12 janvier 2010

Discours de Michèle Pierre-Louis, présidente de FOKAL, à la commémoration du séisme du 12 janvier 2010 au Mémorial du Parc de Martissant.

Mesdames, Messieurs,

FOKAL 12 janvier 2018 Parc Martissant BA 2022 WEB avec TAG 92 Merci d’être venu commémorer le 8ème anniversaire du tremblement de terre au Mémorial du Parc de Martissant. L’année commence, je vous transmets mes meilleurs vœux.

La terre a tremblé une nouvelle fois. Elle a tremblé la semaine dernière aux Cayes, cette semaine à Port-au-Prince. Pas de dégâts, pas de victimes. Heureusement. Mais, elle tremblera encore, assurément. L'ingénieur Claude Prépetit n'est pas prophète de malheur lorsqu'il nous le dit. C'est un scientifique. Au cours des années 2008 et 2009 il n'a eu de cesse de nous prévenir. Elle va trembler avertissait-il, tous les sismographes de Tiburon au Lac Azuëi, d’Anse-à-Pitre au Cap-Haïtien sont en état d'affolement. Elle va trembler ici comme elle tremble ailleurs, comme elle a toujours tremblé, ici comme ailleurs. C’est le fait de notre planète et les scientifiques sont là pour nous le confirmer.

Qui l'a écouté? Qui s'est préparé? Qui a anticipé?

Et le malheur s'est abattu sur nous en ce 12 janvier 2010, dans cette ville, dans ce quartier, dans tous les quartiers de la capitale et des communes limitrophes jusqu’à Jacmel. Cela fait 8 ans. Nous n'allons pas revenir sur l'ampleur du désastre, mais il nous faut en garder la mémoire. C'est l'objet de cette rencontre annuelle que nous organisons depuis 6 ans, depuis que les gens du quartier de Martissant nous ont demandé au lendemain du séisme, de transformer cet espace du Parc de Martissant en mémorial, d'en faire un jardin de rencontres et de paix, et comme l'a si bien dit Dany Laferrière, un jardin de beauté.

Le temps passe mais le souvenir demeure. Pas pour nous lamenter, pas pour nous appesantir sur nos malheurs qui sont bien réels, mais pour y puiser courage, pour avoir « la force de regarder demain », pour eux, ceux et celles qui sont partis, mais surtout pour nous qui sommes vivants, et qui avons une responsabilité pour les générations à venir, surtout les jeunes.

Cela ne veut pas dire que l’absence ne se fait pas toujours sentir, que le sentiment de tristesse tapi au fond de nous pourra un jour se dissiper, car ce vide ne se comble jamais, et les stigmates du désastre qui défigurent encore la ville sont là pour en raviver le souvenir.

Alors que faire ? Vieille question qui revient toujours dès lors que nous avons un sentiment d’impuissance et que nous nous laissons gagner par une forme d’apathie qui nous paralyse. Mais la question porte en elle un présupposé : l’action. Il nous faut agir, à tous les niveaux. Et cette action demande de se départir de ses préjugés, de ses antivaleurs, et des assignations culpabilisantes qui nous engluent dans l’inaction.

Agir, ne serait-ce que par rapport à ce qui nous réunit cet après-midi.

L’Ingénieur Prépetit ne s’est pas tu. Il est toujours actif et toujours inquiet en bon scientifique qu’il est. Comme il le dit lui-même, il est inquiet de notre inaction et de notre manque de clairvoyance. Car la terre a tremblé et elle tremblera encore. Alors allons-nous continuer à faire comme si de rien n’était ? Allons nous accepter que des écoles et des universités s’écroulent sur des milliers d’enfants et de jeunes sans avoir jamais tenté un enseignement et des exercices sur la question ? Allons-nous continuer à voir des maisons construites n’importe où, n’importe comment sans rien dire ? Car il ne s’agit pas de la colère de Dieu, ce n’est pas la colère de Dieu qui tue des milliers d’enfants innocents. C’est notre négligence, notre manque d’empathie et de dépassement de soi. Agir oui, mais l’action n’est que lorsqu’elle est collective et c’est peut-être là toute la difficulté chez nous. Et c’est peut-être par là qu’il nous faut commencer à réfléchir. Cela ne tient qu’à nous. Ce nous collectif qui a permis et permet encore à ce parc d’exister.

Pawòl twò lou machwa gonfle.

Rankont jodi a ban m okazyon tou pou n gen yon panse espesyal pou tout moun nou yo ki ale kite n nan ane 2017 la, fanm kou gason, epi ki kite yon vid nan mitan nou. Moun mouri toulejou epi tou pa n dèyè. Men gen moun lè yo pran vwèl pou peyi san chapo yo kite yon vid ki paka konble osinon ki pran tan pou l konble.

Nan domèn atistik ak entelektyèl la se pa de powèt ak ekriven ki ale. M ap site kèk non tankou Claude Pierre, Jean-Claude Fignolé, Serge Legagneur, Cary Hector, Josaphat Large, Maximilien Laroche… An misik nou pèdi Boulo Valcourt, Manno Charlemagne, Emerante De Pradines. Gen zanmi pre ki mouri tou, Mousson Pierre, Rachel Beauvoir Dominique… Gen zanmi lwen tankou Pwofesè Etienne Tassin.

M kontan Koral FOKAL la ap chante kèk nan chante Manno yo pou nou jodi a. Se fason pa n pou nou rann gwo atis angaje sa yon omaj. Anplis Manno se te zanmi m. Disparisyon l mete anpil tristès nan kè m. M espere jenerasyon ki pat konnen l yo ap kapab enterese nan travay poetik ak mizikal Manno.

M gen twa pawòl pou m di anvan m fini.

Premye an se mèsi. M gen yon chaple mèsi pou m bay. Se sa lizaj.

Mèsi pou tout anplwaye FOKAL ak Pak Matisan an k ap travay san dezanpare ak konsyans, kit se Avni Christophe kit se nan Pak la. Yo travay anpil nan preparasyon komemorasyon jodi a. Yon mèsi espesyal pou jadinye yo, gad chanpèt yo, Agwonòm ak Agwofanm nou yo, enjenyè nou yo, animatè ak animatris nou yo, chofè n yo, teknisyen yo.

Mèsi pou moun Matisan ki toujou kolabore avè n, ki konprann sans travay nou nan katye a, ki respekte l. San nou, pak la pa tap egziste.

Mèsi pou tout benevol ki angaje avè n nan pwogram yo. Mèsi pou La Croix Rouge ki la avè n jodi a ankò kòm chak ane.

Yon gwo mèsi pou Lucie Couet ki retounen nan peyi l ane pase. Pandan 10 lane Lucie pase avè n nan FOKAL, li pa janm sispan travay, angaje l, patisipe nan tout pwogram yo, pote bon lide pou n avanse. Tout moun ki te konn Lucie konnen  seryosite l pa t anpeche renmen ri anpil tou. Mèsi Lucie.

Mèsi pou tout konpayi ki asepte travay avè n nan Matisan, sa pa toujou fasil : Genial Construction, Belsa Development SA, Gretco, EVA, Atlas Construction, BEEP,  EMD Construction,  Vlapaire, ELMECO… ak atizan yo, Frank, Lefèvre ak Donel.

Mèsi pou Koral la, chantè, chantèz, mizisyen, mayestwo… tout atis yo.

Apre Koral la te fin chante ane pase nan komemorasyon an, gen yon jèn Matisan, Rimsky Casamajor ki te sitèlman kontan prestasyon an, li suiv Koral la jistan Mayestwo an entegre l nan Koral la. Bravo Rimski pou pèseverans ou.

Dezyèm sa m te vle di : m byen kontan òganizasyon fanm yo ak feminis yo te reyini ane sa anba tonèl ki nan memoryal la pou pwòp komemorasyon du souvenir pa yo. Michèle Lemoine prepare avèk yo yon esposizyon ki merite vizite. Mèsi Michèle, mèsi Danièle, mèsi medam yo.

M pa ta kapab fini tan pawòl sa, san m pa di yon mo sou sa k pase yè nan peyi Etazini, la vèy Ayiti ap komemore tranblemann tè 12 janvye 2010 la.

Aloske anpil moun nan peyi l ap kesyone eta mantal li, Mouche Tromp, Prezidan Etazini rete li di ak bouch li yon seri ensanite rasis sou Ayiti, Ayisyen, peyi Salvador ak peyi Afriken yo. Vilgarite misye sa montre iyorans istorik ak mank kilti jeneral li, men tou kouman apre Prezidan Obama, yon reprezantan patizan ki pi rasis nan peyi sa, patizan sa yo rele sipremasi blanch yo, rive prezidan epi rive esprime l san wont sou pozisyon rasis li yo. Se vre gen mouvman solidarite ki fèt toutpatou, andedan Etazini tankou nan anpil lòt peyi.

Men nou menm, sa n ap fè ? Nou pa gen dwa asepte. Fò n reyaji, san demagoji. Fò n reyaji an sitwayen, sitwayèn konsekan.

Les insanités racistes de Donald Trump nous révoltent et nous avons droit à l’indignation. Mais cela suffit-il ? J’ai voulu que mes propos d’aujourd’hui en cette journée de commémoration soient traversés par l’idée de l’action. Il nous faut donc agir, au plus proche des événements de notre pays et du monde. Action collective. Il y a urgence.

M ap fini ak premye pawòl yon chanson Manno anpil nan nou konnen: « Fò tout moun yo kanpe, fè yon bagay serye se sa n deklare… »

Mèsi.

Michèle Duvivier Pierre-Louis

12 janvier 2018

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

3 logos

 

 

 

Mots-clés

S'abonner à Nouvèl Fokal

captcha 

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com