Partage sur le roman policier avec Gary Victor

GaryGenre peu diffusé en Haïti, le roman policier reste pourtant l’un des genres les plus vendus et les mieux appréciés de la littérature. La trame du roman policier est généralement constituée par l’élucidation d’un crime. Le plus souvent, il s’agit d’une enquête policière ou de détective privé.

Beaucoup de grands noms, tels que : Agatha Christie, Arthur Conan Doyle, Gaston Leroux, Ellery Queen, Raymond Chandler, Marie Higgins Clark, se sont illustrés dans le polar grâce à la trame de leurs enquêtes ou à l’intérêt suscité par leurs personnages fétiches.

Dans le but de permettre à ses lecteurs de découvrir ce genre, la bibliothèque avait programmé plusieurs activités au cours du mois de février, dont la dernière, une rencontre avec Gary Victor qui fut reportée au jeudi  3 mars 2016.

C’est  avec le même plaisir de partage et de détachement qui le caractérise que Gary Victor a retrouvé le public de la BMC afin d’échanger sur le roman policier. Un genre qui, selon lui : « fait appel à un esprit analytique, voir mathématique » pour arriver à ficeler la trame de l’histoire ou permettre de dénouer le mystère d’un meurtre.

Après avoir longuement parlé du roman policier et particulièrement de sa façon à lui de construire son œuvre, il  a précisé les caractéristiques de sous-genres comme  le roman noir qui se rattachait au roman policier.  Les questions soulevées lui ont permis de préciser que l’auteur n’est pas esclave des structures caractéristiques d’un genre, assez souvent il casse les structures classiques du roman policier en introduisant d’autres éléments. Dans Soro par exemple, l’inspecteur Azemar mène l’enquête sur un fait dont il est le coupable, ce qui marque une rupture avec la structure classique du roman policier.

Pour répondre à la question s’il s’inspirait beaucoup de faits dont il a entendu parler ou qui lui ont été rapportés pour ses romans, Gary a insisté sur le fait que la réalité regorge d’événements dont on peut s’inspirer. On peut comprendre aussi que pour lui, le roman policier devrait pouvoir se développer chez nous, dans la mesure où Haïti représente un terreau idéal vu les nombreuses histoires de kidnappings, d’enquêtes qui se poursuivent et de meurtres qui sont quotidiennement rapportées.

Cette belle rencontre s’est terminée par quelques prises de photos improvisées entre les participants et l’auteur.

 

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

S'abonner à Nouvèl Fokal

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com