BMC propose : Liberté sur Parole d'Octavio Paz

liberté paroleLa BMC vous propose de découvrir ce passage de “ Travaux du poète ” tiré du recueil “ Liberté sur parole ” d’Octavio Paz (1914-1998), grand poète mexicain, prix Nobel de Littérature en 1990. Liberté sur parole sert d'ouverture au recueil qui comprend trois parties : 1) Condition de nuage; 2) Aigle ou Soleil ? ; 3) A la limite du monde. Paz est nourri d’une réalité enrichie par l'apport du surréalisme et le message d’anciennes civilisations amérindiennes: maya et nahua.

Le plus facile est de casser un mot en deux. Parfois, les fragments restent vivants, d’une vie frénétique, féroce, monosyllabique. Il est délicieux de jeter cette poignée de nouveau-nés dans l’arène: ils sautent, dansant, bondissent et rebondissent, ils crient infatigablement en brandissant leurs étendards coloriés. Mais quand sortent les lions, il se fait un grand silence, interrompu seulement par les mandibules infatigables, majestueuses…

Les greffes présentent certaines difficultés. Il en résulte presque toujours des monstres débiles: deux têtes rivales qui se mordillent, et sucent tout le sang d’un demi-corps; aigles à bec de colombe, qui se balancent chaque fois qu’il attaque ; colombes à bec d’aigle qui déchirent chaque fois qu’elles embrassent; papillons paralytiques. L’inceste est la loi. Rien ne leur plait tant que l’union dans le sein d’une même famille. Mais c’est superstition sans fondement que d’attribuer à cette circonstance la pauvreté des résultats.

[…]

Au front du mot tour, j’ouvre un créneau rouge. Le mot haine, je le nourris d’ordures pendant des années, jusqu’à ce qu’il éclate en une belle explosion purulente qui infecte le langage pour un siècle. Je fais mourir de faim l’amour pour qu’il dévore ce qu’il trouve. A la beauté, il vient une bosse sur le u. Et le mot talon, enfin en liberté, écrase des têtes avec une allégresse régulière, mécanique. Je remplis de sable la bouche des exclamations. Je lâche les minauderies dans la cave où grognent les pets. En somme, dans mon sous-sol on coupe, on dépèce, on décapite, on colle, on coud, on recoud. Il y a autant de combinaison que de goûts.

Mais ces jeux finissent par fatiguer : alors il ne reste plus que le Grand Recours : d’une chiquenaude, tu écrases six, sept ou dix ou mille millions, et de cette pâte mole tu fais une boule que tu laisses aux intempéries jusqu'à ce qu'elle durcisse et brille comme un fragment d'astre. Lorsqu'elle sera bien froide, jette-la avec violence contre ces yeux fixes qui de regarde depuis ta naissance. Si tu as de l'adresse, de la force et de la chance, peut-être pourras-tu saccager quelque chose, peut-être pourras-tu casser la figure du monde, peut-être ton projectile éclatera-t-il contre le mur et en arrachera quelques étincelles brèves, lesquelles illumineront un instant le silence.


extrait de Travaux du poète (in Liberté sur parole)

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com