FOKAL : Sensibilisation des usagers de la route sur l’importance de la sécurité routière

DSC 0626 Dr Garnel Michel et M. Patrick Recher, deux personnalités dans le secteur de la sécurité routière, ont été reçus à titre d’intervenants au parc national urbain de Martissant dans le cadre d’une conférence sur ce même thème le vendredi 28 février dernier à 10h AM. Sous l’égide du programme Santé-Droits de FOKAL et du Centre Culturel Katherine Dunham, ladite conférence a permis à une centaine de participants constitués entre autres d’Agents de Santé Communautaire Polyvalents (ASCP) affectés à ce programme, des bénévoles de FOKAL, des motards et d’autres membres de la population, d’être sensibilisés sur cette question de sécurité routière aux niveaux national et métropolitain et de définir des moyens d’agir plus vite au regard d’une action coordonnée. Cette conférence a permis aussi à ce public de faire des échanges dans une ambiance amicale et respectueuse.

La conférence a lieu en deux étapes. D’abord, Patrick Recher qui est formateur et sensibilisateur dans le domaine de la sécurité routière a été le premier à présenter sa réflexion sur le sujet.  Dans sa présentation, il a mis l’accent sur les problèmes liés à la législation. Selon ses dires, il y a une quasi-absence de législation en la matière, ajouté au fait qu’il n’existe pas une police spécialisée dans le domaine de la sécurité routière (Corps de Police routière par exemple) en Haïti. Alors que, dit-il, pour combattre efficacement l’insécurité routière en Haïti, il nous faut une législation tenant compte des facteurs négatifs à la conduite, telles que des lois règlementant la vitesse et la consommation d’alcool au volant. « La création d’un code de la rue est une priorité, et les décideurs doivent créer une police communale afin de contrôler la circulation dans les routes et intersections », a-t-il soutenu.

Il prône par ailleurs le choix d’éduquer les usagers sur l’importance de la sécurité routière, outre l’obligation de connaitre le futur code et de passer un test approprié pour obtenir son permis de conduire, il recommande également l’implication des parents dans le changement de comportement des citoyens de demain, parce qu’ils sont des éducateurs privilégiés des enfants ou de la famille.

Au cours de la deuxième partie, Dr Garnel Michel, responsable de l’organisation STOP Accidents, a affirmé que la sécurité routière est une question pressante pour la santé et l’économie. Selon lui, le nombre de décès sur les routes dans le monde s’élève chaque année au nombre de 1,35 million de morts et 50 millions de blessés. Selon ses informations, les accidents représentent la première cause de décès chez les personnes âgées entre 5 à 29 ans, ce qui prouve que c’est un problème de santé publique. Par ailleurs, il croit également que les conséquences des accidents sont très néfastes pour l’économie des ménages. 

DSC 0678 Celui-ci poursuit en énumérant les trois principaux facteurs qui entrainent des accidents dans le pays: 1) Mauvais états des routes : réseau routier haïtien dégradé, et vieillissement ou absence de feux signalétiques ou de panneaux, manque d’entretien, inexistence de séparateurs ou des routes pour piétons. Tout ceci augmente les risques d’accidents dans le pays, dans les zones métropolitaines particulièrement ; 2) Mauvais état des véhicules: beaucoup de véhicules sont en circulation en dépit des défectuosités ; 3) Mauvais comportements des conducteurs : mauvaise conduite des chauffeurs, ne respectant la circulation routière et ne font preuve d’aucune prudence vis-à-vis des piétons et des motocyclistes

Dr Michel a signalé, malgré l’absence des données statistiques fiables dans le pays sur le nombre de morts ou de blessés par accident, avoir constaté que le nombre de victimes augmentent durant les jours de week-end. Selon lui, la vitesse, la fatigue, la somnolence, la distraction, le téléphone au volant et le non-respect des distances de sécurité sont souvent des cas récurrents de causes d’accidents.

Rolando Etienne, animateur du programme Maitrise d’œuvres urbaines et sociales (MOUS), qui a été le modérateur de la conférence, a fait un bref rappel sur les informations partagées pendant cette activité. Sa conclusion a préconisé, entre autres choses, d’appeler les concernés à respecter les règlementations en matière de sécurité routière, et de trouver des solutions durables afin de pallier ce fléau.

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com