Agenda nouvel Fokal

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
11
18
25

Notre page Facebook

Nos derniers tweets

Le Collectif Feu Vers en spectacle à FOKAL

affichebis spectacl1EF0BDD

Lettre à mi-nuit, tel est baptisé le spectacle de slam que propose le collectif Feu Vers les mercredi 6, jeudi 7, vendredi 8 avril 2016 à 6h pm à la  salle FOKAL UNESCO. Présenté par Eliézer Guérismé, Béonard Kervens Monteau, Etienne Jean Rollet et Jehyna Sahyeir Célestin, le spectacle bénéficiera de l’apport des musiciens Glifood Voltaire (guitare), Yonel Gilles (batterie), Edrice Monpoint (basse) et Kebyesou (tambour).

Quels sont les liens entre la nuit et la parole intime ? Comment dire dans l’obscur l’écriture de soi à l’autre ? Qui parle ? Qui écrit ? Comment dire la faute ? La culpabilité ? Comment emmener l’autre dans la manifestation de notre volonté d’exister ? Comment lui montrer notre désir de nous dire ? Lettre à mi-nuit est un mouvement du « je » vers l’autre.

Quand la nécessité d’écrire et de dire vient d’une blessure qui est comme l’horizon, qui nous englobe et sur laquelle on ne peut jamais mettre le doigt, tout comme on ne peut toucher l’horizon, nous choisissons la nuit pour nous dire et nous mettre à nu. Nous sommes blessés, comme tout le monde. Pour exprimer le mal d’être, nous écrivons des lettres. Nos lettres essayent de quitter le grand jour qui pâlit toute chose, pour entrer dans la nuit qui rend possible l’imaginaire et le désir, la nuit, le temps de tous les possibles, le royaume des esprits et des génies. Ce sont des lettres d’âmes tourmentées, d’âmes en quête de repos, d’amour, de rêves, de promenades au clair de lune, de la magie des cieux, mais aussi des lettres chargées d’angoisses, car la nuit  cache des dangers réels qui alimentent peur et fantasmes. Des lettres de solitaire, des lettres d’espoirs, des lettres malades qui quémandent la tendresse, pour ne pas laisser mourir avec nous les impressions de bonheur, les amours, les moments de partage ; pour partager notre imaginaire, notre sensibilité au monde et nos expériences de vie. Lettres à mi-nuit questionne le malaise existentiel pour une meilleure relation de l’homme à l’homme, de l’homme au monde : ne sommes-nous pas, sur cette terre, des étoiles en panne de ciel ?

Lettre à mi-nuit traverse la nuit vers le feu et la lumière : des torches, des bougies, des lampadaires qui, sans repousser l’obscurité, n’empêcheront pas de voir les étoiles. Une machine à écrire pour rédiger les lettres et le cliquetis des touches comme musique de fond. Dans un premier temps, la scène est une rue déserte propice au crime, aux maléfices et la solitude. Elle deviendra ensuite un bar, un lieu de rencontre conviviale, le temps de se dire, le temps de tout dire.

Des musiciens - deux guitares, une basse, une batterie et un tambour - accompagnent poésie et chanson à travers un voyage au panthéon de la musique vodou. La nuit est le temps des mystères et de l’invisible, ce temps où tout s’arrête pour que criquets, rossignols, chiens et les chats jouent leurs notes discordantes afin d’inviter, le spectateur à voyager dans le monde de l’inconnu. Nous avons fait choix de puiser dans le patrimoine de la musique vodou haïtienne pour construire la base mélodique et rythmique des chansons et des slams ; car le vodou est aussi lieu du mystère et de l’insaisissable. Métisser le vodou avec notre hip hop, pour en sortir une musique hybride qui habitera la nuit, en berceuse, en violence, en cris d’âmes en peine.

Entrée sur invitation

 

Feu Vers

En 2007, Eliezer Guérismé et Youkens Leroy créent le premier collectif de Slam en Haïti. Peu après, grâce au soutien de Donaldzie Theodore, un projet d’album prend forme. Quatre titres sont enregistrés au Studio d’Alabanza, qui sera ensuite détruit par le séisme du 12 janvier 2010. En avril 2011, Feu Vers est le seul collectif présent à la première soirée de slam organisé par l’American Corner à la Fokal. Sa prestation est saluée par Chénald Augustin dans les colonnes du Nouvelliste. Après l’assassinat de Youkens Leroy, le 9 octobre 2011, le collectif semble être au point mort, mais se réorganise avec les arrivées d’Etienne Jean Rollet et de Béonard Kervens Monteau. Une nouvelle aventure commence. En janvier 2012, c’est la rencontre avec ROUDA du collectif 129H autour de l’animation d’atelier Slam lors du festival Étonnants Voyageurs Haïti. Le 30 mai, Feu Vers fait la soirée « Erotik Slam Night » à Récréation Bar-Restaurant. Le 6 juin, invité par Haïti Spectacle, le collectif performe au Vilatte à l’occasion de la Fête de la Musique. Feu Vers participe aussi à plusieurs shows de Steve Mahy à Garden Studio et anime des ateliers de slam au lycée Alexandre Pétion, à l’Alliance française des Cayes, au Centre Culturel et de Recherche pour l’Épanouissement de la Jeunesse (CECREJ)... Début 2013, la chanteuse comédienne Jehyna Sahyeir Célestin rejoint le groupe qui créera en février le premier label de slam en Haïti, «Slam Attitude». Le guitariste et chanteur Guervens Joseph les rejoint un peu plus tard.

Parallèlement aux activités collectives, les artistes de Feu Vers participent à d’autres projets : Béo est un des artistes du projet Vwalye ; Eliezer tourne en Belgique et au Canada avec le spectacle « Haïti, entre images et mots » ; Etienne anime l’émission « Paroles de Jeunes » à Radio Vision 2000 et sort son premier titre ; Jehyna joue et chante avec le centre culturel Pyepoudre. En 2014, Feu Vers propose un autre concept « SlaMuzeek, concert de famille » : il se produit à l’Alliance française de Jacmel dans le cadre de la journée de la francophonie, pendant le festival interculturel Kont Anba Tonèl à la Fokal, au Yanvalou pour la vente signature de « Vent d’Azur » de Claude Carré. Il est l’invité d’honneur de la soirée de Slam Night de l’American Corner. En juillet, le collectif présente à la Fokal la première de son spectacle « Slama-sutra », qui sera repris par l’Institut Français en mars 2015, dans le cadre de la journée de la Francophonie.

 

Les artistes

Eliézer Guérismé - aka Guezz. A étudié à l’IERAH (tourisme et patrimoine). Pionnier du mouvement slam en Haïti avec Youkens Leroy. A suivi des formations avec Jean René Lemoine. A été dirigé par Guy Régis Junior sur plusieurs projets de lecture-spectacle. Comédien de la brigade d’intervention théâtrale - Haïti (BIT-Haïti), avec laquelle il a monté de nombreux spectacles. Comédien et metteur en scène de la troupe Planch sou do avec laquelle il a initié « Tim Tim timoun », un espace consacré aux enfants dans le cadre du festival Kont Anba Tonèl. Résidence en 2011 à la Maison Folie en Belgique  comme slameur dans le cadre du projet de spectacle « Haïti entre image et mots » qui est joué en 2013 en Haïti et au Canada. Slameur dans les éditions 2011 et 2012 du Festival de jazz de Port-au-Prince. Fait partie des 8 lauréats de l’édition 2014 de la résidence « Par Quatre chemins » initiée par l’association du même nom. A lancé « Rappelle-moi » sur une musique originale de l’accordéoniste belge Simon Danhier, qui vient d’être video-clipé. Tourne en mars et avril avec sa compagnie de théâtre en France sur une invitation de la Scène nationale Le Channel et du Théâtre de l’Unité dans le cadre du Festival « Les libertés de Séjour » et « Les rencontres Franco-haïtiennes ».

Béonard Kervens Monteau : dit Béo. Étudiant en Lettres modernes à l’Ecole normale supérieure. Découvre Saul William et l’univers du slam. Comédien de la troupe Dram’Art où il a joué sous la direction de Rolando Etienne, et monté plusieurs récitals de poésie. A monté avec Sachernka Anacassis « A l’ouest rien de nouveau » de Erich Maria Remarque ! Artiste du projet « Vwalye » de Tamise et Caracoli sur lequel il a posé deux textes de slam avec lequel il a tourné. A joué avec la BIT-Haïti au Festival Accroche cœur d’Angers (France). Est l’un des acteurs principaux de l’adaptation cinématographique de Bicentenaire (Lyonel Trouillot) par François Marthouret. A joué avec Emeline Michel dans le concert « cœur à cœur » à l’occasion de la Saint Valentin. Travaille sur un album solo « Humain, trop humain » avec le guitariste Glifood Voltaire. Lauréats du projet de résidence « Par quatre chemins » pour faire des ateliers de slam autour de L’Attrape cœur de J. D. Salinger à Verrettes.

Etienne Jean Rollet : Étudiant mémorant en psychologie à la faculté des sciences humaines. Co-animateur de l’émission Paroles de jeunes à radio Vision 2000. S’adonne à plusieurs expressions artistiques comme la peinture, le dessin, la céramique la musique, la poésie et le théâtre. Rejoint  en 2012 Feu Vers pour la remise sur pied du Collectif. Pratique le slam et le rap pour proposer une nouvelle compréhension de la culture urbaine en Haïti. Consacre la majeure partie de son temps à ses activités académiques.

Jehyna Sahyeir Célestin : Chanteuse du collectif Feu Vers. Étudie les langues et l’interprétariat à l’université Quisqueya. Comédienne dans la troupe Actelier du Centre culturel Pyepoudre. A joué « Le chevalier de l’eau » au Festival des quatre chemins en 2012 sous la direction de Françoise Bourdut. A chanté dans le spectacle de clôture des Rencontres québécoises en 2013. A joué en France avec Pyepoudre le spectacle « A la croisée des îles » d’après William Golding, mise en scène de Paula Clermont Péan, à Dieppe, à Rouen et à Neufchâtel. A joué dans le spectacle « L’Éternité de Madame R », mise en scène de Michèle Lemoine.

 

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

3 logos

 

 

 

Mots-clés

S'abonner à Nouvèl Fokal

captcha 

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com