Parfum de femme pour l’équité des genres

 

PArfum de femmeLe préambule de la saison théâtrale « Jeu et Regard de Femme » du centre culturel Pyepoudre  s’est écrit au sillage du parfum de femme, ce vendredi 17 mars. Accompagnées d’une présence masculine, elles étaient huit comédiennes ayant magistralement embaumé tout l’auditoire de la salle FOKAL-Unesco à travers ce spectacle traduisant un coup de gueule, un cri exhortatif pour une nouvelle perception de la femme. Tel l’a précisé la conceptrice et metteure en scène du spectacle, Linda Isabelle François : « Parfum de femme est une Histoire Femme, une histoire faite de cris d’étoiles étouffées, de vapeur de sueur à l’arôme de rose, de bazilik, de florida, de larmes, de sang, de terre mouillée, une histoire mystérieuse, belle et puissante comme la mer de mon pays ».

 

A partir de 6h pm, les sièges de la salle FOKAL-UNESCO étaient déjà remplis. A l’assistance, l’on pouvait remarquer la présence de quelques grandes figures du secteur culturel haïtien comme le directeur du Bureau National d’Ethnologie (BNE), Erol Josué et la diva haïtienne Emeline Michel. Dans un silence doux et contagieux, tout le monde se concentrait pour attendre l’apparition des acteurs. Les lumières s’estompaient peu à peu, et voilà, c’était parti pour plus ou moins une heure de spectacle ! La comédienne Gaëlle Bien-Aimé était debout au milieu de la scène pour lancer des monologues de femme dans toutes ses dimensions et sa splendeur. Déjà connue et chouchoutée par le public, elle a offert une belle performance dans son rôle de meneuse. A ses côtés, il y avait la chanteuse et comédienne Jehyna Saheir, qui elle aussi s’est déjà imposée dans le milieu artistique haïtien avec son remarquable talent. Ce soir-là, elle s’est mise avec deux complices, Gina et Erline. Les têtes attachées à l’africaine, elles se déplacent toujours en trio pour chaque intervention sur la scène.

PArfum de femme 2Dans une simplicité étonnante, les comédiennes étaient tirées à quatre épingles. Au rythme des chansons, à côté de Linda, les danseuses, Sephora, Raphaëlle et Ama se sont fondues dans le décor scénique avec des chorégraphies très significatives. Ce fut un grand moment pour les jeunes femmes qui ont pris part à cet évènement. « Etre femme c’est la divinité. Ce spectacle c’est une forme d’interpellation pour dire aux gens que nous sommes femme», a témoigné Kétia, une participante.

Pour terminer la pièce, sous une pluie de sons de tambour, les comédiennes se sont mises à danser jusqu’à ce qu’elles aient laissé la scène. Les applaudissements se multipliaient dans la salle. Il ne reste à dire que Parfum de femme fut un bon début pour marquer le mois de la femme (mars).  La saison théâtrale vient tout juste de commencer, attendons de voir…!

Daphnine Joseph

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com