Un tremblement de terre de plus

tout bougeNotre BMC propose d'aujourd'hui est une pensée spéciale des équipes du Centre Culturel Katherine Dunham, du Bibliotaptap et de la Bibliothèque Monique Calixte à l'endroit des populations des régions affectées par le tremblement de terre du 14 août 2021. Nos sympathies vont plus particulièrement à nos collègues de Pestel et de la ville des Cayes qui ont été affectés personnellement ou dont les bibliothèques ont subi des dommages.

Nous avons eu les plaies du tremblement de terre du 12 janvier 2010, elles sont encore présentes dans nos souvenirs et visibles en de nombreux points de Port-au-Prince et des autres régions encore. Nous avons aujourd’hui de nouvelles blessures, fraiches et béantes qu’il nous faut panser. Nous avons besoin de calme et de solidarité pour aider le Grand Sud à se révéler.

 Une ville calme

« Finalement, on n'a pas eu ces scènes de débordement que certains journalistes (sûrement pas tous) ont appelées de leurs vœux. J'imagine les premières pages des quotidiens si les pillages s'étaient multipliés. Et les commentaires à la télé du premier venu sur un pays de barbares. Au lieu de cela, on a vu un peuple digne, dont les nerfs sont assez solides pour résister aux plus terribles privations. Quand on sait que les gens avaient faim bien avant le séisme, on se demande comment ils ont fait pour attendre si calmement l'arrivée des secours. De quoi se sont-ils nourris durant le mois qui a précédé la distribution de nourriture ? Et tous ces malades sans soins qui errent dans la ville ? Malgré tout, Port-au-Prince n'a pas perdu son sang-froid. On les a vu se mettre en rang pour recevoir les bouteilles d'eau distribuées dans les bidonvilles. Ces endroits, il y a quelques mois seulement, que l'on considérait encore comme des zones sensibles où l'Etat était incapable d'assurer la loi. Que s'était-il donc passé ? A quoi devrait-on attribuer ce changement ? Était-ce le choc que ce pays attendait pour se réveiller et arrêter sa chute vertigineuse ? Il faudra patienter encore pour connaître le véritable impact d'un évènement d'une pareille amplitude sur le destin du pays. Pour le moment, apprécions ce calme. Surtout quand on sait que des explosions d'un autre ordre (social cette fois) sont à venir. »

(extrait de Tout bouge autour de moi, Dany Laferrière)

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com