Séisme du 14 août 2021: bilan préliminaire du programme Initiative Jeunes

IPDEC 2Le 14 août 2021, le grand Sud qui a subi les turbulences de la terre et enregistré d’importants dégâts matériels et des déplorables pertes en vies humaines. Plus de 2,000 morts déjà dénombrés et les milliers de blessés et des dizaines de disparus dans les 3 départements touchés, Nippes, Sud et Grand-Anse.

FOKAL dispose de 3 clubs de débat de son réseau qui se situent dans 3 villes de deux de ces départements sinistrés :  Cayes, Camp-Perrin et Jérémie. Nos six collaborateurs et nos dizaines de jeunes débatteurs et débatteuses de ces villes ont tous été durement impactés par ce violent séisme.

Le coordonnateur du Programme Initiative Jeunes (PIJ) de FOKAL a contacté le jour même les animateurs de ces clubs pour savoir s’ils étaient en vie avec leurs familles, puis dans les jours suivants pour s’enquérir de leur situation au quotidien et celle de nos débatteurs ainsi que leurs familles. Une véritable tragédie. Voici un bilan condensé élagué de nombreux détails, sur la foi de ce que nos animateurs nous ont rapporté.

Club des Cayes

Les jeunes du club sont saufs. 10 ont perdu leurs maisons, d’autres ont les leurs endommagées. 1 jeune a perdu sa mère sous les décombres de sa maison détruite.

Le lieu de réunion du club des Cayes, la bibliothèque de l’IPDEC, s’est effondrée.

Yvens ÉLIZAIRE, entrepreneur, marié, père d’un petit garçon, est animateur du club des Cayes. Yvens, sa mère, sa femme et son fils en bas âge ont été épargnés. Sa maison est fissurée, un mur est tombé, mais la maison a globalement tenu. Ils étaient à l’intérieur quand le séisme a commencé. Pendant le passage du cyclone Grace, le lendemain, ils ont pris le risque d’aller s’abriter dans la maison pour dormir, à cause de la pluie et par peur du risque d’inondation.

Sa femme, originaire de Camp-Perrin déplore plusieurs victimes dans sa famille là-bas. Les maisons de toute sa famille se sont effondrées. Vendredi, il ira lui-même évaluer les dégâts.

Il est extrêmement difficile de se nourrir aux Cayes. Il n’y a quasiment plus rien à acheter à manger. Sa famille et lui se nourrissent tous les jours de soupe (des sachets noodles), puisées dans le stock qu’il constituait pour son fils qui devait se rendre à l’école bientôt. L’essentiel pour lui est de rester vivant, selon ses propres mots.

Ils arrivent à bien gérer l’eau car il la puise dans un puits artésien à côté de chez lui, même si l’eau a été trouble au début. Mais elle est devenue claire maintenant. Est-elle souillée ? potable ? je ne sais pas.

Elle perdu totalement sa petite entreprise dont le bâtiment dans lequel elle logeait s’est effondré.

Il donne son concours à la Protection civile des Cayes. Ils ont récupéré 24 personnes en vie et 9 morts dans une même maison.

James NONÇANT, avocat, journaliste, célibataire, locataire d’un appartement, est animateur du club des Cayes aussi.

Sa famille est sauve. La maison où il habitait est sérieusement endommagée. Il était à l’intérieur quand cela est arrivé. Il a logé avec d’autres personnes sous une galerie, et depuis dans la cour d’une maison d’en face à la belle étoile.

La maison en toit de tôle de ses parents et ses frères, elle aussi en ville, tient debout mais est fissurée. On peut y rentrer pour prendre quelque chose vite fait, mais pour le moment elle est inhabitable.

Il y a un besoin urgent d’abris, d’eau et de nourriture très difficile à s’en procurer.

 

Club de Camp-Perrin

Le bilan est lourd à Camp-Perrin. La communication est extrêmement est difficile. Ce qui aggravé les choses, c’est la pluie qui est arrivée très peu de temps après. Ces 2 catastrophes naturelles quasi simultanées (séisme + cyclones) les ont pris de court, car ils ne s’y étaient pas préparés et il n’avait pas de stock de nourriture en prévision.

Il y a beaucoup de victimes à Camp-Perrin. Les dommages matériels sont colossaux dans cette petite commune. Beaucoup de jeunes du club ont perdu complètement leurs maisons ou ont perdu un proche. Une débatteuse de ce club a été opérée du bras qui a subi de multiples fractures. Ils ont aussi des problèmes pour se procurer de la nourriture et se fournir en besoins essentiels.

Alex SYLNÉ, Cultivateur, enseignant, marié, père de 4 enfants, est animateur du club de Camp-Perrin.

Pas de victimes directes dans sa famille. Sa maison en béton a tenu le coup. Il reste cependant prudent, à cause des répliques sismiques de temps à autre. Ils dorment tous, sa femme, ses 4 enfants et 12 autres personnes de sa famille dans un abri de fortune dans la cuisine à l’extérieur de la maison de son frère.

Ses poissons dans ses 5 bassins d’aquaculture sont cependant en grand danger car, à la suite du séisme, le système irrigation est à sec. Il récupère l’eau du canal qui passe devant chez lui pour alimenter ses bassins. Mais il aurait plutôt besoin d’une pompe pour faire remonter l'eau de la Ravine du Sud juste en face de chez lui. La pluie a affecté le rendement de son jardin de légumes. Il va y perdre son investissement et ses moyens de subsistance.

Rolin SAINT-VIL, enseignant, marié, père de 3 enfants, est animateur adjoint du club de Camp-Perrin.

Aucune victime à déplorer dans sa famille vivant avec lui, composée de 8 personnes : sa femme, ses 3 enfants, sa mère, 2 nièces et 1 neveu. Sa maison est détruite avec 97%, estime-t-il, de ses biens à l’intérieur. Il dort avec les siens sous un abri de fortune créé avec des matériaux de récupération, et à la belle étoile dans sa cour.

L’accès à la nourriture, à l’eau, à l’énergie sont très difficiles pour eux. La communication téléphonique et par internet est épisodique, car le signal est très mauvais. Les gens aux alentours sont aux abois.

Le propriétaire du collège CUC (le lieu de réunion du club de Camp-Perrin), dans lequel il enseigne et dont il est le censeur, a perdu ses 2 filles et l’état de santé de l’épouse est très grave.

 

Club de Jérémie

Il y a 2 débatteuses dans son club dont il n’a aucune nouvelle pour l’instant. Tous les autres qu’il a contactés (près d’une quarantaine) sont sains et saufs, mais plusieurs d’entre eux, soit ont perdu leur maison, soit elles sont endommagées.

Waldinde GERMAIN, enseignant, marié, père d’une petite fille, est animateur du club de Jérémie.

Sa famille est sauve. Sa maison, dont la construction n’est pas achevée, est gravement fissurée. Il n’aura pas de moyens pour la réparer, encore moins de l’achever, dans un proche avenir. Il dort avec sa femme, sa fillette, et ses proches qui vivent avec lui, dans un abri provisoire pas loin de chez lui.

Il explique que la zone connait un problème d’approvisionnement en courant électrique. Difficulté aussi pour se procurer de la nourriture et d’autres biens essentiels pour survivre, faute d’argent. Toutes les personnes dans sa maison dépendent de lui.

John Feguerson BELRIS, étudiant, bibliothécaire, célibataire, est animateur adjoint du club de Jérémie.

La maison qu’il a louée, en dehors de la ville de Jérémie, est fissurée. Seul un mur séparant la galerie de la rue est tombé. Il loge avec sa famille, composée de 6 personnes, chez un proche.

Il dispose d’un bassin d’eau chez lui, et il n’est pas difficile de se fournir en eau traitée. Ils s’organisent pour manger en restant économes et solidaires.

Considérations générales

Les animateurs sont décapitalisés. Leurs maisons endommagées ou effondrées, donc inhabitables. Ils vivent dans des abris improvisés, donc précaires, dans une cour, à la belle étoile, ou sous la galerie d’une maison debout.

Ils ont tous perdu au moins un membre dans leur famille (un oncle, une tante, une nièce, un cousin…). Difficulté de se procurer de la nourriture, de l’eau traitée et des biens essentiels pour survivre. Difficulté pour communiquer au téléphone et par internet.

Heureusement, aucun mort à déplorer parmi les jeunes de ces 3 clubs, mais des blessés. Beaucoup souffrent de la mort d’un parent ou d’un proche. Ils sont, comme tout le monde, à la rue.

Les lieux de réunion de de clubs ne sont plus disponibles, car sévèrement affectés par le séisme.

Les besoins :

Les besoins de nos sinistrés sont considérables, car ils manquent de tout, particulièrement d’un abri et de quoi se nourrir, et même se vêtir. Leur situation est aggravée par le manque d’électricité et les défaillances des systèmes de communication téléphonique et internet, et l’effondrement du service public dans ces communautés.

Nos 6 animateurs des Cayes, de Jérémie et de Camp-Perrin ont fait un travail formidable en allant à la recherche de chaque jeune de leur club, leur apportant un soutien moral. Il y avait fort à faire pour les contacter. FOKAL les remercie pour leur sens de responsabilité et de solidarité.

FOKAL et le PIJ demeureront à leurs côtés durant cette épreuve terrible de leurs vies, car les animateurs et ces jeunes ont besoin de notre soutien et nous ferons en sorte de leur apporter notre aide au moment opportun. Nous y travaillons activement.

Kenbe la, mezanmi !!!

 

Jean-Gérard ANIS

Coordonnateur du PIJ

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com