6 questions à la directrice de programmes de FOKAL

KMAKQuel type d’aide FOKAL va-t-elle apporter avec le fonds recueilli dans sa campagne en faveur du Grand Sud ? FOKAL continue-t-elle à recevoir de l’argent ? Quelle est la différence entre FOKAL et Ayiti Demen ? La directrice des programmes de FOKAL, Elizabeth Pierre-Louis, répond à ces questions et à bien d’autres, sur l’action de la fondation pour venir en aide aux victimes du séisme du 14 août 2021.

 

1- FOKAL a lancé une campagne de levée de fonds pour venir en aide aux victimes du tremblement de terre du 14 août et de la tempête qui s’en est suivie. Quel type d’aide FOKAL va-t-elle apporter ?

La campagne de levée de fonds lancée par FOKAL vient renforcer les actions de son programme actuel de développement durable. Il s’agit de soutien et d’accompagnement à une trentaine d’organisations partenaires sur le terrain (environ 15000 familles).

Après le passage du cyclone Matthew en 2016, FOKAL a créé et expérimenté avec succès un programme d’assistance post-désastre qui se déploie en deux temps : une phase d’urgence qui vise à aider les membres des organisations victimes des effets du cyclone à régler leurs besoins immédiats par le biais de « cash transfers », et une seconde phase qui concerne davantage l’investissement à plus long terme. Cette méthodologie sera mise en œuvre suite à ces nouvelles catastrophes avec les ressources qui seront mobilisées et qui permettront des interventions plus structurantes.

Depuis sa création en 1995, FOKAL s’est engagée dans des actions de développement durable et solidaire auprès des populations les plus marginalisées. En 2011, un programme post-séisme a été créé visant spécifiquement à renforcer les capacités des organisations de paysans engagées dans la production agricole, les petites entreprises sociales et solidaires, les mutuelles de solidarité dirigées principalement par des femmes, et également les institutions régionales qui les soutiennent. Il s’agit en même temps de les aider à combattre l’insécurité alimentaire en soutenant la production locale dans ses composantes les plus importantes et la diversification des produits pour la consommation locale ou l’exportation (chaîne de valeur de différents produits, élevage, apiculture, pêche, transformation de fruits, cacao, café, culture maraîchère etc..). Dans le même temps, des rencontres d’échange, de visites réciproques, de formation sur les droits et le plaidoyer, et la mise en réseau de compétences et de savoir-faire constituent des éléments importants de ce programme de développement durable. 

 

2- Que va faire FOKAL avec l’argent qui est reçu ?

Dès le 14 août, le jour même du tremblement de terre, FOKAL a pu contacter les organisations afin d’avoir une appréciation préliminaire des dégâts dans leur zone. Elles ont toutes été touchées et les bâtiments de certaines, quasi détruites. La consigne a été donnée pour que chacune des organisations procède à une évaluation du nombre de familles membres ou proches de l’organisation, victimes du séisme et de la tempête, et de préparer des listes qui seront soumises. Les organisations vérifieront également la disponibilité sur place des besoins les plus urgents des familles, et la reprise du fonctionnement des banques où elles ont leur compte.

La stratégie de FOKAL va s’organiser en deux temps :

Dans un premier temps, en se basant sur le nombre de familles répertoriées et les disponibilités financières du programme, FOKAL fait un virement sur leur compte en banque pour un montant variant entre 5000 USD à 25000 USD ou l’équivalent en gourdes, selon la taille des organisations et leur capacité de gestion dans ces circonstances. L’organisation signe un contrat et une fiche de décaissement leur est envoyée sur laquelle seront inscrites toutes les informations concernant la famille qui recevra le « cash ». Chaque famille remplit une fiche avec l’appui d’un membre de l’organisation.

Il s’agit pour FOKAL de faire un suivi rigoureux sur l’utilisation des fonds en toute transparence afin de pouvoir rendre des comptes. La fiche indique les différentes utilisations de la somme octroyée et la famille est libre de l’utiliser pour ses besoins urgents en lui permettant d’acheter sur place de la nourriture, de l’eau, des matériaux, des semences, des outils, des produits d’hygiène etc. Cela permettra aussi de regénérer le marché fortement impacté par le tremblement de terre. Cette phase va toucher directement douze mille (12000) à quinze mille (15000) bénéficiaires. Cette méthode a l’avantage aussi de permettre aux personnes elles-mêmes de décider de leurs priorités. L’accès à ces communautés est extrêmement difficile vu le climat d’insécurité, les éboulements et les glissements de terrain causés par le tremblement de terre et la tempête tropicale Grace.

Dans un deuxième temps, à la suite d’évaluations plus complètes, des rapports des organisations sur la phase 1, et d’une certaine reprise des activités, un investissement à plus long terme pourra être mis en place et concernera : 

  • La production : intervenir sur la chaîne des valeurs de certaines filières agricoles porteuses, c’est-à-dire couvrir les coûts de l’achat des semences ainsi que du labourage à la commercialisation. Il s’agit dès lors d’évaluer le rapport coût/bénéfice au profit du producteur et de la productrice.
  • La valorisation d’autres filières : FOKAL soutient d’autres filières, telles que l’apiculture, la pêche, l’élevage et le stockage, la transformation de fruits, la culture maraîchère et les petites laiteries productrices de lait pasteurisé, de yaourt et de fromage.
  • La gestion de l’eau : La question de l’eau reste centrale, les changements climatiques ayant des effets inattendus sur les saisons. Depuis trois ans, nous encourageons les adductions de sources, la construction de réservoirs, châteaux d’eau, de forages de puits et toutes sortes de systèmes permettant la conservation de l’eau pour l’agriculture autant que les besoins domestiques.
  • Les institutions partenaires et les entreprises sociales et solidaires : un appui est également accordé aux institutions qui soutiennent les petites organisations, et aux entreprises sociales et solidaires tournées vers le marché local ou international (par exemple cacao, café, cassaves, œufs…). La dégradation de l’environnement est telle qu’une attention particulière est accordée aux actions engagées dans la protection de l’environnement, de la biodiversité, et des écosystèmes.
  • Les mutuelles de solidarité : Notre programme appuie également les mutuelles de solidarité (MUSO) qui sont généralement dirigées par des femmes qui y exercent leur leadership et leur savoir-faire au sein des organisations. Ce sont des structures financières de base qui jouent un rôle très important dans la satisfaction des besoins d’urgence des familles. Ce fonds de roulement qui a d’abord mobilisé les ressources propres des membres, fonctionne sous forme de crédit appliquant un intérêt minimum, pour les activités agricoles et commerciales des membres des organisations. Les MUSO ont une exigence de reddition de compte dans des rencontres publiques, ce qui permet de construire une confiance, et celles-ci sont hebdomadaires, ce qui permet une cohésion sociale mieux structurée. FOKAL appuie les MUSO en ajoutant à leur fonds de roulement ce qui leur permet d’étendre leur clientèle et d’augmenter leurs revenus.
  • La reconstruction des lieux communautaires et des infrastructures : Certaines structures essentielles à ces organisations, tels les lieux de production et de transformation, les lieux de rassemblement et de formation ont été fortement endommagés. Il s’agira de les réhabiliter en suivant les normes parasismiques et environnementales.

Cette deuxième phase plus longue nécessite des fonds plus importants, les investissements visant au bout du compte à lutter contre la pauvreté, garantir l’équité de genre, former, éduquer et renforcer les processus d’émancipation des organisations.

 

3- Quand les gens vont-ils commencer à recevoir le support de FOKAL ?

La première phase devrait se faire en quelques mois. Les décaissements ont déjà commencé depuis le vendredi 20 août 2021. Un système de suivi a été mis en place pour assurer la transparence et la rigueur des décaissements. 

Une fois que toutes les organisations concernées auront reçu leurs premiers décaissements, que le suivi se fait et que les rapports sont soumis, il sera possible d’envisager les financements plus conséquents de la deuxième phase. 

La seconde phase sera plus longue mais vu l’expérience de 2016, la majeure partie des décaissements devraient se faire au plus sur deux ans. 

 

4- L'appel lancé par FOKAL a été plébiscité par des organisations internationales qui invitent leurs réseaux à soutenir cette action. Cela veut-il dire que FOKAL est partenaire de ces organisations ?

L’appel de FOKAL a été largement distribué par les réseaux sociaux et souvent à notre insu. FOKAL remercie vivement les organisations qui ont jugé bon de faire circuler notre appel, témoignant ainsi de leur confiance dans la stratégie de FOKAL en ces temps de crise. Cependant, toutes ne sont pas nos partenaires, dans le sens où nous n’avons pas bénéficié de leur financement ou collaboré avec elles dans des initiatives en Haïti. 

Toutes les organisations partenaires de FOKAL sont listées sur son site web et sur celui d’Ayiti Demen. 

 

5- FOKAL continue-t-elle à recevoir de l’argent ?

Vu les premiers rapports que nous recevons de nos partenaires sur le terrain, l’ampleur de ce désastre va se faire sentir pendant longtemps. Selon la Direction de la protection civile, 600000 personnes sont en besoin humanitaire d’urgence, 52953 édifices ont été détruits et 77006 endommagés. 1.6 million de personnes vivent sur le territoire des trois départements impactés soit le Sud, la Grand’Anse et les Nippes.

FOKAL continue à recevoir de l’argent pour la deuxième phase et accompagnera les efforts des organisations sur le terrain dans leur lutte pour (re)construire un avenir meilleur. 

 

EPLA Elizabeth Pierre Louis 1 square S6- Quelle est la différence entre FOKAL et Ayiti Demen?

La Fondation Connaissance et Liberté, créée en 1995 et reconnue d’utilité publique depuis 2000, est une fondation nationale haïtienne membre du réseau international de l’Open Society Foundations. FOKAL est habilitée à recevoir des financements d’autres bailleurs comme c’est le cas sur certains projets avec l'Union Européenne, la coopération canadienne, l’Agence Française de développement, la Fondation Kellogg.

Ayiti Demen, anciennement Friends of FOKAL, est l’organisation de levée de fonds 501-C-3 enregistrée à New York, aux États-Unis. Les dons peuvent provenir de n’importe quel pays, mais seuls ceux accordés par des résidents des Etats-Unis sont déductibles d’impôts. Les fonds transitent par Ayiti Demen et sont ensuite versés à FOKAL qui se charge du suivi sur le terrain. Il incombe aussi à FOKAL la responsabilité de la reddition des comptes.  

Les donateurs en Haïti peuvent s’adresser directement à FOKAL et recevront un reçu pour la déduction d’impôts en Haïti. .

 

Photo : Un responsable d'une organisation paysanne constatant les dégâts causés par le séimes du 14 août 2021 dans la zone où elle travaille, à Cavaillon. La plupart des maisons n'ont pas tenu, explique-t-il


Crédit photo : Réginald Louissaint Jr.

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com