BMC Propose : Petite histoire du Champ de Mars

PalaisLe premier vrai projet d’aménagement du Champ de Mars remonte à 1907, date à laquelle le secrétaire d’état de l’intérieur, Pétion Pierre-André, signe un contrat avec M. Victor Gentil pour la construction d’un parc public et d’une piste de courses hippiques au Champ de Mars avec l’installation de l'hippodrome (La Tribune du Champ de Mars).

Le projet prévoit la réalisation d’un rond point central autour de la statue de Jean Jacques Dessalines d’où partiront cinq grandes avenues. Les espaces délimités devant être garnis de jardins publics avec bancs et massifs fleuris. Un kiosque à musique sera également aménagé ainsi qu’une tribune métallique. Les travaux vont s’échelonner sur plusieurs années.

Entre temps le Champ de Mars va être le lieu où de nombreuses attractions vont se développer.  En 1911, le maire de Port-au-Prince pour une meilleure circulation, fait tracer des voies macadamisées et des trottoirs qui vont déterminer  la découpe en îlot que nous avons aujourd’hui.  Au fil du temps le Champ de Mars change de visage, les attractions se multiplient, la fanfare du palais national vient y jouer chaque dimanche. 

Suite à l’explosion le 8 août 1912 du palais présidentiel lors de laquelle le président Cincinatus Leconte périt, il fallait construire un nouveau palais pour la République. La construction de ce nouveau palais démarra au mois de mai 1914. Une construction qui s’acheva en 1918.

En 1924, le Champ de Mars fit l’objet d’un nouveau plan d’aménagement et d’embellissement. Le kiosque Occide Jeanty remplaça l’ancien kiosque de musique en 1926. Un système d’arrosage est installé, les voies de passages sont asphaltées entre 1925 et 1929. Une Luna Park attire les jeunes de la capitale, le cirque Urrutia s’installe au Champ de Mars et connait un grand succès.  Toutefois, avec le temps et les aménagements continus, les cirques délaisseront l’espace qui ne conviendra plus à l’ambiance de fête foraine.

Le 16 octobre 1945, le président Elie Lescot prit un décret-loi qui stipule: « la ci-devant " Place du Champ de Mars ou Place du Gouvernement" à Port-au-Prince, sera dorénavant désigné sous la dénomination de "Place des Héros de l’Indépendance".

Suite à cette décision, la même année se fait le pavage de la place Toussaint Louverture et au mois de mai 1945, on procéda à l’inauguration du parc Elie Lescot, un vaste terrain aménagé en centre d’attractions pour enfants, pourvu de nombreux manèges, d’appareils de gymnastique et d’acrobatie. Il drainera toute la jeunesse de Port-au-Prince qui y trouvera un vrai espace de loisir.

Au pouvoir en 1950, le gouvernement de Paul Magloire a voulu, malgré des difficultés économiques, rendre hommage aux héros de l’indépendance. Il choisira trois lieux pour accueillir des sculptures: la ville des Gonaïves, l’entrée de la ville du Cap-Haïtien, et la place des héros à Port-au-Prince. C’est ce projet qui va permettre l’érection au Champ de Mars des statues équestres de Dessalines et de Christophe et des statues en pied qui représentent Toussaint Louverture et Alexandre Pétion. 

La force symbolique du Champ de Mars a fait que plusieurs de nos gouvernants d’une quelconque manière cherchent souvent à se l’approprier ou à y laisser leur marque. Le président François Duvalier a commandé la sculpture remarquable du Marron Inconnu ou Nègre marron, symbole des combattants anonymes de la lutte contre l’esclavage, une œuvre réalisée par Albert Mangonès. Jean-Claude Duvalier, son fils, aura lancé les travaux de construction du Musée du Panthéon National « MUPANAH » à partir de 1978. Après la dictature des Duvalier et pendant l’effervescence démocratique des années 1990 qui voit l’arrivée au pouvoir de Jean Bertrand Aristide, la statue de la Paix y est érigé. Lors du deuxième mandat d’Aristide, pour la commémoration des 200 ans de l’indépendance en janvier 2004, il fit construire la Tour 2004 (jamais achevée, le président Aristide fut renversé bien avant). Les derniers aménagements, sous la présidence de Michel Martelly, ont porté sur la réalisation des jardins du Mupanah avec l’installation d’un restaurant chic, l’installation des espaces de restauration sur la place des artistes, le réaménagement du kiosque Occide Jeanty et la réparation suivie de la réouverture de Ciné Théâtre Triomphe dont le gouvernement avait fait l’acquisition et qui fait dorénavant partie du patrimoine de l’Etat.

Références bibliographiques

1.  CORVINGTON, Georges. Port-au-Prince au cours des ans, 1915-1934, T. 3. Montréal : éd. Du CIDIHCA, 2007 ;

2. CORVINGTON, Georges. Port-au-Prince au cours des ans, 1934-1950, T. 4. Montréal : éd. Du CIDIHCA, 2008 ;

3. WOOG, Patrick. Haïti Métamorphoses. Haïti Futur, 2004 ;

4. LAMAUTE, Emmanuel. Le vieux Port-au-Prince (Une tranche de la vie haïtienne) suivi de quelques dates. Port-au-Prince : 2eme édition Bel Jwèt Publications ;

5. Site du Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire : ciat.gouv.ht ;

 

Fausler Ulysse

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com