Proposition de lecture du BTT : La Famille des Pitite-Caille de Justin Lhérisson

Pitit Caille La Famille des Pitite-Caille est l’un des plus beaux classiques de la littérature haïtienne du XXe siècle. De la littérature haïtienne en général. Ce texte fut publié en 1905. Les questions que l’auteur y avait agitées restent toutefois d’actualité. A cet égard, Max Abner Etienne, qui analysait l’œuvre, a écrit : « Certains traits de caractères n’ont pas totalement disparus. Les fortunes s’acquièrent de la même manière. Les parvenus conservent de 1905 à nos jours les mêmes attitudes. Et le critique littéraire d’ajouter : «  Les éléments de la classe moyenne et laborieuse, dès qu’ils ont amassé une fortune, se découvrent une vocation de politiciens. » (Voir avant-propos de la Famille des Pitite Caille). Quitte à rappeler que les commentaires d’Abner datent de 1993, mais les contradictions au sein de la société haïtienne n’ont pas subi de grandes évolutions depuis.

Résumé

Eliézer Pitite-Caille est fils unique de Sor Zinga et Damvala Pitite-Caille, un ancien esclave ayant participé à la guerre de l’indépendance. Les autres esclaves le surnommaient Pitite-Caille parce qu’il était aimé de ses maitres. Cet ancien esclave a eu au total 69 enfants dont 40 filles avec la complicité de 22 femmes. Cependant, Pitite-Caille ne prenait soin que d’Eliézer, l’unique fils qu’il a eu avec sa maitresse, Sor Zinga. Après la mort de ses parents, Eliézer s’est battu comme il a pu pour survivre. Il cumulait les petits métiers. Il était charpentier, menuisier, charron, ferblantier, tourneur, chapelier, marin. À Aquin, il a rencontré une martiniquaise du nom de Velléda. Elle était tireuse de cartes. Elle était magicienne. Elle faisait et défaisait les mariages. Eliézer la courtisait. Ils ont vécu d’abord dans le concubinage. Puis, ils ont décidé de se marier et se sont installés à Turgeau. Ils ont donné naissance à 14 enfants. Mais, deux seulement d’entre eux ont survécu : Lucine et Etienne.

Cela dit, la famille Pitite-Caille s’est lancé dans les affaires et s’est enrichie peu à peu. Ils avaient des immeubles à Turgeau, au centre-ville et à la campagne, et d’autres biens. Ils ont envoyé leurs enfants en France pour s’instruire. En dépit de sa réussite économique, Eliézer n’avait qu’une obsession. Il voulait démesurément être populaire. Pour ce faire, il rêvait de devenir premier député de la capitale. Et, ce, malgré les nombreuses mises en garde de son épouse, Velléda.

Eliézer n’était pas resté inactif. En effet, il s’est lancé dans la course pour concrétiser son rêve. Accompagné du fameux Boutenègre, son chef de mobilisation dans les quartiers populaires de la première circonscription de Port-au-Prince, Eliézer n’avait pas hésité de débourser d’importantes sommes pour la réalisation de sa campagne électorale. En peu de temps, il était devenu le candidat le plus populaire. Dit autrement, celui qui avait le plus fort pourcentage d’être élu. Mais, un incident malheureux allait tout mettre en échec. À la suite de cet incident, Pitite-Caille et Boutenègre étaient arrêtés et jetés en prison. Ils y ont passé plus d’une quinzaine de jours. Après leur libération, Boutenègre tentait vainement de persuader Pitite-Caille de ne pas lâcher-prise. Mais, il a refusé catégoriquement de se mêler à nouveau de la politique. Il est tombé malade après avoir été interpellé une seconde fois. Il est mort quelques temps plus tard d’une apoplexie.

Après la mort d’Eliézer Pitite-Caille, ses enfants, Lucine et Etienne, étaient rentrés au pays. Peu de temps après, ils se sont partagés l’héritage familial. Lucine s’est mariée avec Rodolphe Cabatoute. Cette union n’a pas fait long feu. Elle est morte d’une éclampsie à cause du mauvais traitement qu’elle a trouvé auprès de son époux. Etienne, le fils prodigue, s’était permis de faire des dépenses somptuaires. Par conséquent, il a ruiné sa part d’héritage parce qu’il n’avait jamais la moindre idée de la faire fructifier. Quant à Velléda, la veuve, elle était devenue, paradoxalement, l’une des cinquante femmes du Général Pheuil Lamboy.

Faniel Doudou

 

Titre : La Famille des Pitite-Caille

Auteur : Justin Lhérisson

Date de naissance : 10 février 1873

Nationalité : Haïtienne

Année de la première publication : 1905

Nombre de pages : 103

Editions : Les Editions Fardin

Année de publication : 2007

ISBN : 99935-8-010-4

Genre : Roman

Personnages principaux : Damvala Pitite-Caille, Sor Zinga, Eliézer Pitite-Caille, Velléda, Lucine, Etienne, Boutenègre, Général Borôme, Rodolphe Cabatoute

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com