Théâtre: Reprise de " In Memoriam", de Jean-René Lemoine, à FOKAL

affiche in memoriam janvier 2020 A l'occasion de la commémoration des 10 ans du séisme du 12 janvier 2010, le spectacle « In Memoriam » de Jean-René Lemoine, mis en scène par Miracson Saint-Val, sera repris à FOKAL les jeudi 16 et vendredi 17 janvier 2020 à 6h PM.

Le spectacle est proposé par La Compagnie Bazou, avec des performances de Ketsia Vaïnadine Alphonse (La Mère) ; Ericka Jean Louis (La Fille), Lesly Maxi, Joseph Derilon Fils Dérilus, Staloff Tropfort (Le Chœur). L'entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Une mère parle avec sa fille morte pendant le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Une question lui transperce le cœur : « Quand est-ce que tu es morte ? » C’est la première phrase prononcée par cette mère qui n’arrive même plus à pleurer. Et sa fille, qui se souvient plus de grand-chose - « Je ne sais pas maman, c’est loin » -, demande des nouvelles de la famille et s’arme de courage pour porter/prendre les douleurs de sa mère. Un dialogue pesant qui balbutie entre souvenir de la tragédie et impuissance d’une mère dévorée par la solitude.

Au-delà du drame et de la mélancolie qui l’accompagne, l’espoir, comme un courant d’air frais, se faufile avec délicatesse dans le texte. « …Il est temps de recommencer à ne plus être malheureux… », dit la fille. Dans un style où les mots sont comme des pointes de couteaux, In Memoriam est une porte ouverte sur la parole encore étouffée du drame du 12 janvier.

Note du metteur en scène

« … Si on devait écrire tout cela dans un livre, on ne nous croirait pas. Nous sommes dans une telle solitude, une telle solitude… » Comment raconter le 12 janvier aujourd’hui ? Une plaie encore ouverte, où chacun garde sa tristesse et aiguise sa colère. Dans In Memoriam, l’auteur fait dialoguer la mère – vivante - avec la fille - morte. Pour appréhender ce phénomène dans lequel un Vivant parle avec un Mort, nous nous sommes référés au rituel Bo n’hou, le rituel funéraire des morts dans le vodou haïtien. Ce moment de voyage de ce monde vers Alada, lieu de vérité. Comme dans la tragédie grecque antique, un choeur témoin commente, déplore les malheurs de l’humanité, implore l’assistance des dieux/loas. Un choeur avec une résonnance artisanale, fait avec le son des mains qui s’échauffent, l’étoffe de la poitrine, la singularité de voix sèches, arides, fragiles, déterminés. Un choeur avec des chants vodou, racontant notre parcours sur cette terre et notre destination, chez Agwewoyo, maître des eaux.

Il y a quelque chose d’essentiel dans la conception de la mort dans le rituel vodou, c’est le courage demandé au vivant de laisser le mort faire le voyage. Le mythe dit qu’à chaque fois que l’on est triste, le mort/ la morte est à coté de nous. Pour qu’il/elle puisse s’en aller, il lui faut notre joie. Ce qui veut dire que toi, vivant, vivante, tu es prêt, prête à le laisser s’en aller, lui, elle, mort, morte. « Le deuil fait ». Aujourd’hui, neuf ans plus tard, n’est-il pas nécessaire d’appeler nos morts, nos mortes, de parler avec eux, puis les laisser partir et retrouver la paix ? N’est-il pas temps « de recommencer à ne plus être malheureux » ?

Miracson Saint-Val.

Miracson Saint Val

Metteur en scène, comédien, chanteur, membre fondateur d’ADRECE. Formé au Petit Conservatoire dirigé par Daniel Marcelin, il a suivi des stages au Conservatoire royal de Liège, dans le cadre du programme de recherche « Ethnodrame » sous la direction de Pietro Varrasso. Passionné de théâtre, Il s’investit beaucoup depuis quelques années dans la recherche théâtrale, particulièrement en lien avec le rituel vaudou. Il travaille aussi sur la problématique du théâtre et de l’engagement social en Haïti. Il a également suivi une formation universitaire en psychologie à l’Université d’Etat d’Haïti et en philosophie à l’Ecole Supérieure St Ignace.

Metteur en scèneIn memoriam de Jean-René Lemoine (2019) ; Chemins de fer de Julien Mabiala Bissila (2017) ; Abattoir de Ketsia Vaïnadine Alphonse, Joeanne Joseph et Lesly Maxi (2017) ; La Marche de Bernard Marie Koltès (Festival En Lisant, 2016) ; Sang Brides de Ketsia Vaïnadine Alphonse (2015).

ComédienCinglée de Céline Delbecq, mise en scène Michèle Lemoine ; Lafontaine d’après Sylvain, spectacle jeune public, mise en scène Michèle Lemoine (2018) ; Corps en démocratie, résidence de recherche sur la danse contemporaine et spectacle, sous la direction du chorégraphe Jean Aurel Maurice (2018). Reconstruction, texte et mise en scène Guy Régis Junior (2017) ; La Leçon d’Eugène Ionesco, mise en scène Rolaphton Mercure (2017) ; Jera ak Jèta, de Makenzy Orcel, mise en scène Pascale Julio (2017) ; La Fontaine d’après Sylvain, spectacle jeune public, mise en scène Michèle Lemoine ; L’Épreuve de Virjilan, Cie Siyaj (Guadeloupe), Festival off d’Avignon 2014 ; Twoufòban de Frankétienne, mise en scène Johnny Posy (2013) ; Zonbi reveye mo nan zile a, mise en scène Fritz Evens Moise (2008) ; Le balayeur et la rose (2013) et La dérive du roi (2009), co-mise en scène Yannick Cochand et Fritz Evens Moise (tournées en Suisse) ; Soley Douvan Jou, mise en scène Fritz Evens Moise ; Gouverneurs de la rosée, adapté du roman de Jacques Roumain, mise en scène Daniel Marcelin (2013/2014).

Lectures scéniquesBahia de tous les saints, textes de Jorge Amado (2015) ; De Villes Voi(e)x, mise en espace Daniel Marcelin (2012) ; En mémoire du géolibertinage, de René Depestre (2012) ; Amour de Marie Vieux Chauvet (2014).

CinémaLes pleureuses, court métrage de Michel Marrion (2012).

Jean René Lemoine.

Jean René Lemoine

Après un parcours d'acteur, Jean-René Lemoine se consacre essentiellement à l'écriture et à la mise en scène. Sa pièce Erzuli Dahomey a été créée en avril 2012 au Théâtre du Vieux Colombier par la troupe de la Comédie-Française dans une mise en scène d’Éric Génovèse. En 2014 il met en scène et interprète Médée poème enragé à la MC93 à Bobigny (reprise au Théâtre Gérard Philipe en mars 2015 et tournée au CDN de Châteauvallon et au TNS en 2016). En juin 2016 il a participé aux États Singuliers de l’écriture dramatique au théâtre l’Échangeur de Bagnolet. Son travail d'écriture et de création a obtenu de nombreuses récompenses : il est lauréat du prix SACD - Théâtre – pour L'Odeur du Noir, et de la Fondation Beaumarchais pour Chimères. L'Ode à Scarlett O'Hara obtient le Grand Prix de la Critique comme meilleure création de langue française pour la saison 1997-1998. Il a été plusieurs fois boursier du Centre national du Livre pour Erzuli Dahomey, Face à la mère, et Médée poème enragé, lauréat du Prix d’écriture théâtrale de Guérande pour L'Adoration, boursier de La Villa Médicis hors les murs pour son projet Archives du Sud, prélude à deux créations : La Cerisaie et Face à la mère, Lauréat du prix SACD pour Erzuli DahomeyFace à la mère et Iphigénie ont obtenu l’aide à la création du Centre National du Théâtre. Iphigénie a obtenu en 2013 le prix Émile Augier de l’Académie française.

Ketsia Vaïnadine Alphonse.

Ketsia V Alphonse

Comédienne, dramaturge, et maquilleuse, Ketsia Vaïnadine Alphonse est l’une des rares femmes de sa génération à écrire pour le théâtre. Elle a débuté dans le cours d’art dramatique de Ricardo Lefèvre. En 2008, elle a été membre de la compagnie Théâtron. Elle a également suivi une formation d’écriture de scénario avec Bloom. Plusieurs de ses textes ont été lus et/ou mis en scène : Abattoir, co-écrit avec Joeanne Joseph et Lesly Maxi, créé en 2017 dans la mise en scène de Miracson Saint-val ; Sang Brides, créé en 2015 dans la mise en scène de Miracson Saint-val ; Lettre à Clau, 12e édition du festival Quatre Chemins et au festival des Francophonies en Limousin (Off, 2016). Boursière de la résidence des Quatre chemins en 2016, elle a travaillé aux Gonaïves sur la problématique de la polygamie dans les lakou et présentera bientôt sa dernière pièce La Bourgeoise.

ComédienneIn memoriam de Jean-René Lemoine, mise en scène Miracson Saint-val (2019) ; La Plaie, Monologue d’interdits, texte et mise en scène James St Félix (2017) ; Pour les filles noires qui ont pensé au suicide quand l’arc-en-ciel suffit, de Ntozake Shange, traduction Kettly Mars, mise en scène Michèle Lemoine (2017) ; La Leçon d’Eugène Ionesco, mise en scène Rolaphton Mercure ; Jera ak Jèta de Makenzy Orcel mise en scène Pascale Julio (2017) ; Sang Brides, mise en scène Miracson Saint-val (2015) ; Ayiti pawòl lapli ak lakansyèl, texte et mis en scène Angel Séguin (2013) ; Twoufoban de Frankétienne, mise en scène Johnny Posy (2012) ; Quoi où, de Samuel Beckett, mise en scène Patrick Joseph (2010) ; Lago lago a la rive Timoun, conte, texte et mise en scène Paula Clermont Péan.

Télévision et radio : interprète de plusieurs épisodes du feuilleton télévisé Jij jije m byen d’Ann Bright Fénelon (2012) ; interprète du feuilleton Zoukoutap de Christina Guérin (2014).

 

Ericka Julie Jean Louis.

Ericka Jean Louis

Ericka Julie Jn Louis est une artiste pluridisciplinaire évoluant dans le domaine des arts de la scène. Elle suit une formation de quatre ans en théâtre et en chant à FOSREF et participe en tant que chanteuse à DIGICEL STARS. Elle débute sa formation en danse en intégrant la compagnie Digiboys and Girls dirigée par Dentha HENRY. Elle collabore avec Haïti Spectacle, le chorégraphe Makerson François et Stacy. Elle continue à se former sous la direction de plusieurs chorégraphes : Linda François, Jean-Guy Saintus et Jean-René Delsoin. Elle enchaîne des formations et performances à l’étranger. Elle tourne à Bamako (Mali) avec Kettly Noël, à Taiwan, à Trinidad dans le cadre du festival Carifesta avec la compagnie de danse Jean René DELSOIN. Après un stage avec Eva Doumbia à Bamako, elle décide de reprendre le théâtre : Elle joue sous la direction d’Eliezer Guérismé  dans les spectacles « Erzuli Dahomey, déesse de l’amour » de Jean-René Lemoine, « Piano Bar » et « Salut les  marié.e.s » et dans la mise en scène de Miracson saint-val de « In Memoriam » de Jean-René Lemoine. Elle collabore également avec Dramus’Art. Elle intègre en 2018 le groupe musical féminin Siromiel dont elle est la chanteuse lead.

Elle travaille aussi sur deux feuilletons radiophoniques : Tim Tim et Zoukoutap.

Lesly Maxi.

Lesli Maxi

Lesly MAXI est comédien, dramaturge, metteur en scène. Il étudie le théâtre au Petit Conservatoire (Ecole de théâtre et des arts de la parole). Il a été membre de la compagnie de théâtre Palto Vanyan. Il suit plusieurs ateliers de formation :  sur les contes et le corps animé par le comédien, conteur et metteur en scène guadeloupéen Gilbert Laumord en 2012 ; en Ethnodrame sur le corps et la voix animé par le comédien et metteur en scène Belge Pietro Varrasso en 2014 et 2015. Il est Metteur en scène et Président Directeur Artistique de la compagnie Récif Création.

auteur : Danma, Doremirako, David et Chikata, conte ; 35 Secondes, Esclaves-Libres ; Confusion ; Hors Limite ; Mèt-Dam (lodyans) ; Mitan Poto ; Passation ; Abattoir, co-écrit avec Ketsia Vaïnadine Alphonse et Joeanne Joseph.

metteur en scène : 35 Secondes, Esclaves-Libres, Passation, textes de Lesly Maxi ; Le roi, l’espion et le vagabond, conte de Ronald C. Paul ; La Grammaire du Mensonge, de Jn Paul Tooh Tooh ; Les Immortelles, d’après le roman de Makenzy Orcel.

ComédienGouverneurs de la Rosée, d’après Jacques Roumain, adaptation et mise en scène de Daniel MARCELIN) ; Foukifoura de Frankétienne (mise en scène collective) ; Le Balayeur et la Rose, mise en scène de Fritz Evens Moïse et Yannick Cochand ; Twoufoban, mise en scène de Johny Posy) ; Soley Douvanjou, mise en scène de Fritz Evens Moïse ; Abattoir, mise en scène par Miracson Saint-val ;  In Memoriam de Jean-René Lemoine, mise en scène Miracson Saint-val ; 50 Tapes, texte et mise en scène de Marc Edouard Jean ; Thyeste de Sénèque, lecture scénique mise en espace Toussaint Carrelien au Festival Quatre Chemins 2018 ; Danma et Doremirako, contes de Lesly Maxi mis en scène par Daniel Marcelin.

Staloff Tropfort.

Staloff Tropfort

Comédien, metteur en scène, conteur, photographe, membre de Konpayi Lobo, il est diplômé en section théâtre à l’école nationale des arts- ENARTS. Il a été formé en Belgique au Conservatoire royal de Liège dans le cadre du projet Ethnodrame sous la direction de Pietro Varasso.  Il a suivi des formations avec Rolando Etienne, Paula C. Péan, Mylène Wagram. Directeur de l’association ADRECE, il s’investit dans un travail de recherche sur l’Ethnodrame en se référant aux recherches de Franck Fouché et au travail de Jerzy Grotowski. Il se base sur des formes et des champs d’énergies fonctionnelles et émotionnelles qui existent chez l’haïtien. Son principal matériel de travail est le vodou et certains éléments constituant le rituel tels que la danse, le chant, la musique, les couleurs, etc. Tout ceci lui permet de développer différents outils expérimental sur le travail du corps, de la voix, du rythme, de la conscience de l’acteur.

Metteur en scènePèlentèt de Frankétienne (2019) ; Face à la mère de Jean-René Lemoine » co-mise en scène avec Chelson Ermoza (2018) .

ComédienCinglée de Céline Delbecq, mise en scène Michèle Lemoine ; In Memoriam de Jean-René Lemoine, mise en scène Miracson Saint-val (2019) ; Corps en Démocratie » danse contemporaine, chorégraphie Jean Aurel Maurice (2018) ; Abattoir, de Ketsia Vaïnadine Alphonse, Joeanne Joseph et Lesly Maxi mise en scène Miracson Saint-val (2017) ; Omayra, le Chœur des Abysses, texte et mise en scène Daphné Ménard (2016) ; La Marche, de Bernard-Marie Koltès mise en scène Miracson Saint-val (2016) ; Chyen kreyòl, mise en scène Anyès Noël (2016) ; Le cercueil création Brigade d’Intervention Théâtrale Haïti BITH, festival Liberté de séjour, Calais, France (2015) ; Des mots pour le dire, création la Brigade d’Intervention Théâtrale Haïti, BITH, festival Liberté de séjour, Calais France (2015) ; Fatras Bâton, de Syto CAVE mise en scène Mylène WAGRAM (2014) ; Ti Jean, de Samuel Walcotte, mise en scène Guy Junior REGIS (2014) ; A La Croisée des îles, mise en scène Paula Clermont Péan, France/HAITI (2013/2014) ; Pèlentèt de Frankétienne, direction Guy Junior REGIS (2012)

 

Joseph Derilon Fils Dérilus. 

Joseph D Fils Dérilus

Comédien, conteur et scénographe. Diplômé en Art Dramatique à l’Ecole Nationale des Arts (ENARTS). Assistant technique au Festival Quatre chemins. Membre fondateur de la Cie LOBO et de « Klèb Kilti- Rèl (KK-Rèl » dans sa ville natale, Verrettes. De 2011 à 2014, il a été le responsable artistique de la foire du livre « Verrettes a la découverte du livre « . En 2017, il a joué dans « Abattoir », mise en scène de Miracson Saint-Val, et dans « Anatole » de Félix Morisseau Leroy mis en scène par Billy Elucien. En 2018, il a joué dans « Rèv Boukannen » écrit et mis en scène par Joeanne Joseph.

 

 

 

Jean Ronald Pierre. 

Jean Ronald Pierre

Créateur de lumière et marionnettiste, Jean Ronald Pierre a travaillé au ministère de la Culture pendant six ans comme éclairagiste. Il a été assistant technique et remplaçant de Duquel Lafalaise dans le projet Opera Lenglensou en 2005. En 2006 et 2007, il a travaillé pour la Quinzaine de la francophonie. En 2007, il intègre la compagnie Musique des Antilles de Jean Claude Verdier ou il passe quatre ans. Depuis 2014, Jean Ronald Pierre est directeur technique du festival Quatre chemins. De 2017 à nos jours, il est régisseur général du festival et créateur lumière pour les spectacles du Festival En Lisant. En 2017, il a créé avec Richard Dolin les lumières de l’exposition Lutter pour l’humain, conçue par Michèle Lemoine. En 2018, il collabore encore avec elle pour la création spectacle Corps et démocratie créé par le chorégraphe Jean Aurel Maurice. En Avril 2018, il crée les lumières du spectacle Épilogue d’une trottoire mis en scène par Louisna Laurent. En 2018 il est régisseur général du festival PAPAP dirigé par Kettly Noël. Il travaille comme éclairagiste sur la tournée nationale du spectacle Chemins de Fer mis en scène par Miracson Saint-Val, avec lequel il participe aussi à la 14e édition du Festival international de théâtre du Bénin (FITHEB). Il crée également les lumières des spectacles Cinglée de Céline Delbecq, mise en scène par Michèle Lemoine ; In Memoriam, de Jean-René Lemoine, mis en scène par Miracson Saint-val et du spectacle Pèlentèt, de Frankétienne, mise en scène de Staloff Tropfort. Il est aussi régisseur du spectacle Nos plus belles années mis en scène par Florence Jean Louis Dupuy.

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

logos 3

 

 

 

 

Mots-clés

Inscription à nouvèl FOKAL

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com