Agenda nouvel Fokal

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
8
15
22
29
30

Notre page Facebook

Nos derniers tweets

« Molière est dans le placard », quand Melle Pâquerette effeuille Molière

affiche Molière en Haïti petitDans le cadre de la Quinzaine de la Francophonie, l’Institut Français en Haïti propose le lundi 21 mars 18h à la Salle Fokal Unesco «  Molière est dans le placard », un spectacle présenté par Les Tréteaux de France Centre dramatique national, mis en scène par Judith d’Aleazzo, avec la comédienne Nadine Darmon.

Le personnage de Melle Pâquerette est une sorte de médium cocasse qui rapporte en le jouant, ce qu'elle entend dans les placards.

Très jeune, Mademoiselle Pâquerette avait décidé d’être actrice, mais un bégaiement congénital l’avait condamnée à jouer les utilités au Théâtre de Boulevard.

Comment défendre la langue de Molière quand on bégaye ?

C’est à l’aube d’une carrière assez décevante que Mademoiselle Pâquerette trouva une réponse à cette question. Un jour, elle fit une découverte qui bouleversa son existence. Désespérée par la médiocrité de sa situation et par son impossibilité à surmonter ce bégaiement ridicule, Mademoiselle Pâquerette se réfugiait souvent dans des réduits obscurs, avec un noir chagrin ...

Du fond de ces placards censés abriter les amants de Vaudevilles…

Il lui arrivait parfois d’entendre comme un lointain murmure, quelques-unes des plus fameuses scènes de famille qui jalonnaient les pièces de Molière. Le plaisir qu’elle prenait à les écouter occulta tout d’abord l’étrangeté du phénomène mais bien vite…

Mademoiselle Pâquerette découvrit que c’était un don extraordinaire !

Avant de l’ébruiter et même, d’y croire, elle multiplia les expériences. Elle traqua les voix partout où elle croisait un placard … Et partout, elle les entendit ! Les histoires des familles issues de l’imagination de Monsieur Poquelin se reproduisaient dans toutes les couches de la population, des plus nanties aux plus pauvres, des plus ignorantes aux plus érudites.

Bâillonné, enfermé mais qui ne demande qu’à surgir pour nous parler encore et toujours de nous, père, mère, enfant, fille, fils, mari, épouse... Oui, Molière loge bel et bien chez nous, sans que nous l’entendions vraiment, sans qu’on lui donne la parole ; sans même pour certains d’entre nous, nous souvenir qu’il vit chez nous, en nous, ni même qui il est. Or, qu’est-ce que “la langue de Molière” dans l’acceptation commune, sinon la langue française? Et qu’est-ce que l’aimer puis la maîtriser, sinon donner corps à sa propre autonomie ? “Et comme l’on parle qu’est-ce que c’est donc que cela ?” Dans nos appartements, lieux clos des réunions familiales, lieux des échanges mais aussi des confrontations filiales, conjugales, paternelles, les grandes figures qui traversent l’oeuvre de Molière apparaîtront, chacune, toutes, prises en charge, en main, en voix par une Melle Pâquerette soudainement traversée des mots du Maître.

Tartuffe, Lisette, Gorgibus, Sganarelle, Dorine s’incarneront pour nous donner à voir, écouter et entendre “Ouais ! quels discours ! “ à travers une scénographie légère (paravents, porte-habits illustré de la Carte de Tendre, quelques sons) les mots de Molière qui sont nôtres. Nous qui sommes aussi parfois des Mademoiselle Pâquerette, nous partirons avec elle à la conquête de son amoureux rêvé, filant les chemins de la Carte de Tendre, à la conquête de notre langue et de ses sortilèges “Par ma foi ! il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j’en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m’avoir appris cela.”

Pour cette création, la comédienne Nadine Darmon a fait un choix de scènes de Molière qui couvre plusieurs thématiques, toutes en lien avec la vie de famille :

L'honneur en héritage : Dom Juan, Acte IV scènes 5, 6, 7 (entre Dom luis, Dom Juan et Sganarelle)

Soumission à l'autorité paternelle et autonomie de la jeune fille : Tartuffe, Acte II scènes 1, 2, 3 (entre Orgon, Marianne et Dorine)

La mode au cœur des conflits de générations : Les précieuses ridicules, scènes 3, 4, 5 (entre Gorgibus, Cathos et Magdelon)

Père, fille, une impossible séparation : L'amour médecin, acte I, scènes 2, 3, 4, 5 (entre Sganarelle, Lucinde et Lisette)

La vie de couple : Le médecin malgré lui, acte I scène 1 (entre Martine et Sganarelle)

 

La comédienne, Nadine DARMON

nadine darmonÉlève de Michel Bouquet et de Pierre Debauche au Conservatoire de Paris, promotion 1980. Elle suit plusieurs stages dirigés par John Berry.

Comédienne, elle joue dans les mises en scènes de : Denis LLorca, Jean-Daniel Laval, Pierre Debauche, Guy Rétoré, Pierre Vial, Gilbert Rouvière, François Orsoni, Benoît Lambert, Stella Serfaty, Serge Lipszyc, Vincent Poirier, Yves Le Jeune, Robin Renucci, Florian Sitbon, Jean-Charles Massera, Thierry de Peretti…

Tourne sous la direction de Nils Tavernier, Sophie Deflandre, Johannes von Saurma, Bertrand Van Effentherre et Remy Belvaux entre autres.

Elle enregistre plusieurs pièces de théâtre pour France Culture sous la direction de J. Taroni.

Elle enseigne (depuis 1990) à l’École Debauche, puis aux Rencontres Internationales de Haute-Corse animées par Robin Renucci, et aux Rencontres de Côtes d’Armor, à l’École Supérieure de la Ville de Paris, à l’École Dullin et au Studio de Formation de Vitry et anime plusieurs stages professionnels dans le cadre de l’A.F.D.A.S.

Elle met en scène (depuis 1992) : La demande en mariage de Tchekhov au Bouffon Théâtre, Le Tartuffe de Molière, Les trois soeurs de Tchekhov et Les Fiancés de Loches de Feydeau au Théâtre du Jour, adapte et met en scène Perceval le Galois d’après Chrétien de Troyes, un spectacle Courteline et un spectacle René Char, Le mariage de Barillon de Feydeau, Les possibilités de Howard Barker et À mon âge je me cache encore pour fumer de Rayana, en Haute-Corse, Avec Milena d’après Vivre de Milena Jézenska, Sultanes sans royaume de Latifa Benmansour au Théâtre du jour et au Pôle Culturel d’Alfortville, La ballade de Simone de Michèle Brûlé d’après Simone de Beauvoir au Lucernaire et au Petit Théâtre Montparnasse, Chez M. Claude (cabaret conçu et réalisé en collaboration avec Claude Saint-Dizier- acrobate aérien) à Montreuil.

Elle assure la collaboration artistique de Sophie Loucachevski : avec les comédiens de I.V.T. à la Ferme du Buisson en 2006 et au théâtre de la Colline.

 

La metteure en scène

Judith DALEAZZOJudith D'ALEAZZO s’est formée au Cours Simon et a suivi différents stages, notamment à l’Aria en 2004 et 2006.

Au théâtre : Elle joue régulièrement auprès d’Anne-Marie Lazarini (Duras, Tchekhov, Gogol, Brecht), mais également pour Serge Lipszyc, au sein de la compagnie du Matamore (Tchekhov), aux côtés de Robin Renucci (Tchekhov, Guitry) et mène des ateliers auprès d’amateurs. Elle joue également sous la direction de Xavier Letourneur, Sébastien Azzopardi (La nuit et le moment de Crébillon fils), Etienne Malinger (Kissing zone), est lauréate du Concours des jeunes compagnies pour Jacques et son maître de Kundera d’après Diderot.

Elle participe par ailleurs au Fil à la patte de Feydeau mis en scène par Bruno Cadillon, et travaille régulièrement à l’assistanat auprès de Serge Lipszyc et Robin Renucci (Oncle Vania de Tchekhov, Désiré de Guitry.

Au cinéma : Un monde presque paisible de Michel DEVILLE

Elle est par ailleurs Intervenante à l’ARIA (Association des Rencontres Internationales Artistiques) pour laquelle elle a animé des ateliers pour enfants, et assisté le directeur Serge Lipszyc pour « Ensemble, c’est tout » projet mené à Eysines mêlant population et associations sur le thème de la mémoire.

Elle participe régulièrement à diverses lectures et mises en espace.

Elle a reçu une formation professionnelle à l’administration, gestion, diffusion, ventes de spectacles auprès des partenaires publics et privés. Enfin, elle est directrice artistique et metteuse en scène de la compagnie de la Parole Donnée.

 

La compagnie : Les Tréteaux de France

En créant les Tréteaux en 1959, Jean Danet a voulu porter le théâtre là où il n'était pas. Il appartient à une histoire qui est celle de beaucoup d'entre nous, l'histoire de notre émerveillement, l'histoire de ceux qui ne sont devenus "publics du théâtre" que parce que le théâtre est venu à leur rencontre.

Tout en poursuivant la mission de Centre dramatique national particulier, parce qu'itinérant, je veux faire partager ma conviction et dire le défi que je veux relever : Création, Transmission, Formation, Éducation populaire doivent se conjuguer, se réinventer ensemble.

Pour cela, je suis attentif aux nouvelles formes et aux nouvelles écritures théâtrales, je m’associe à de nouvelles équipes, à des auteurs et à des metteurs en scène. Je mets les technologies contemporaines au service de la production des symboles et des imaginaires afin de voyager dans des univers esthétiques, artistiques et sociaux très variés, mais également afin de faire voyager ces univers.

Ce début de 21ème siècle nous impose d'inventer de nouvelles mises en relation du théâtre aux territoires et aux hommes et aux femmes qui les font vivre. Les Tréteaux de France participent à cette invention. Nous produisons et diffusons des spectacles et tissons des liens avec celles et ceux qui désirent s'associer aux aventures artistiques que nous proposons. Pour les Tréteaux de France, "Faire", c'est faire avec. Faire "oeuvre", c'est oeuvrer avec. La création est partage. Nous sommes une "fabrique nomade" des arts et de la pensée.

Robin RENUCCI

 

Un spectacle présenté par Les Tréteaux de France Centre dramatique national / Direction Robin Renucci et proposé par l’Institut Français en Haïti.

Mise en scène : Judith d’Aleazzo

Interprétation : Nadine Darmon

Factotum : Eric Proust

Composition sonore : Théo Jonval

Quinzaine de la Francophonie

Lundi 21 Mars – 6 H Pm - Salle Fokal Unesco

Entrée Sur Invitation à Retirer A Fokal

 

Adresse et contact

FOKAL - OPEN SOCIETY FOUNDATION HAITI
143, Avenue Christophe BP 2720 HT 6112
Port-au-Prince,Haïti | Tel : (509) 2813-1694

3 logos

 

 

 

Mots-clés

S'abonner à Nouvèl Fokal

captcha 

Copyright © 2017 FOKAL. | Design by: jehilaire@logipam.com