CCKD FranketienneL’année 2016 au Centre Culturel Katherine Dunham a débuté par une semaine porte ouverte, du mardi 19 au vendredi 22 janvier. 708 visiteurs -élèves, étudiants, amants de la lecture et curieux- ont profité de l’occasion pour découvrir les différentes collections de la bibliothèque mais aussi pour s’informer sur les différents services offerts. Initiative très fructueuse qui a contribué à l’augmentation du taux d’inscription.

Considéré  comme un espace de formation et de socialisation, le CCKD a réalisé en collaboration avec l’A.P.A.A.C une campagne de sensibilisation contre l’alcool et les drogues. Des conférences et des causeries sur la gentillesse, la tolérance, l’élimination de la violence à l’égard des femmes, la ménopause, et la santé mentale ont été présentées. Des séances de formation en jeux de dames, scrabble, échec, offertes aux jeunes et des ateliers de bricolage (masques, cerfs-volants, …) aux enfants.

Une bibliothèque étant un haut lieu de savoir et de  mémoire, le CCKD a accueilli avec plaisir, au milieu de l’année, de concert avec la Bibliothèque Monique Calixte, BMC, et le Centre Culturel Pyepoudre un ensemble d’activités articulé autour du thème : « Histoires et mémoires des dictatures-regards croisé entre Haïti et l’Argentine ». Activités organisées dans le cadre de la restitution d’un voyage entrepris, l’année d’avant, par un groupe de cadres et de professeurs haïtiens partis sur les traces de la dictature argentine.

Faire la promotion du livre et de la lecture étant l’un des objectifs essentiels du CCKD, des causeries pour des enfants de certaines écoles de la zone ont été réalisées ; et plus d’une quarantaine de professeurs, cadres et dirigeants d’écoles touchés sur  la nécessité d'introduire le livre dans le cursus scolaire.

Une part importante de l’année a été consacrée à notre culture à travers la commémoration des journées mondiales de la langue maternelle, de la langue et culture créole. Un atelier sur le créole haïtien avec des textes tirés du livre « Moso chwazi, pawòl ki ekri an kreyol ayisyen » de Jean Claude Bajeux et la lecture d’un extrait de « Pèlen tèt » de Frankétienne ont été réalisés et présentés pour marquer ces moments.

Le centre est un espace de dialogue et de réflexion. En effet, tous les mois, les lecteurs et les élèves de la zone ont eu la chance de discuter avec un auteur haïtien dans le cadre d’une activité dénommée « rencontre avec un auteur ». Ainsi, pour l’année, ils ont rencontré le poète Bonel Auguste, la romancière Evelyne Trouillot Ménard, l’écrivain Frankétienne, le romancier Gary Victor, le jeune romancier Jean Billy Mondésir. Chaque mois, deux samedis sont réservés  aux ateliers de réflexion. Les agents de socialisation, la problématique du genre, les droits de l’homme, la violence, l’homophobie, la dépénalisation de l’avortement, la mort ont été des sujets de discussions.

Le CCKD est également un espace ludique. Les samedis de l’institution sont réservés aux enfants (contes, fabrication de masques, cerfs-volants, cartes de vœux, lampions, travaux de crochet et de  découpage,  …) et des jeux de société (dame, scrabble, échecs, …) mis à la disposition des jeunes et adultes. De plus, à l’occasion des journées de la francophonie et du jazz, les membres et amis du centre ont pu jouir d’un spectacle de théâtre (Le jardinier des mots) et d’un concert présentés par les enfants du Centre Culturel Pyepoudre et jeunes des écoles de musique Schenatsar et Nemours Jean-Baptiste.

Le CCKD a eu une année fructueuse et mouvementée. Bien que des travaux de réparation et de rénovation n’aient pas permis à l’institution de fonctionner durant les 12 mois, treize mille trois-cent quatre-vingt onze (13,391) membres, amis, visiteurs ont gravité autour de l’espace. L’espace est devenu un élément vital, un lieu incontournable dans le quotidien des jeunes et des adultes de Martissant, Fontamara et Carrefour. Ce qui est un facteur de motivation pour les responsables. Déjà, ces derniers travaillent sur le calendrier de l’année 2017 et espèrent continuer à renforcer les acquis scolaires et les savoirs des jeunes afin de participer à leur devenir de citoyens justes, honnêtes et tolérants dans cette société de plus en plus décadente.